La technique des murets

La technique des murets est une méthode de production hors-sol. Elle est généralement implantée sur un sol aride. C’est une construction sous la forme d’une figure géométrique dressée sur cet espace aride dans laquelle on introduit un substrat agronomique favorable à la croissance des végétaux. Elle est très adaptée à l’utilisation des engrais organiques, des engrais verts et d’autres intrants naturels qui sont désormais logés dans un milieu protégé par un petit muret long de 12m sur 1m de large et 45cm de haut. Ce petit muret de 12m2  est placé entre deux couloirs permettant la libre circulation de ses usagers sans piétiner le milieu agronomique au moment de semi, de repiquage, d’arrosage et de sarclage des plantes. Même au cours du labourage qui s’effectue à l’aide d’une fourche à dents, on ne piétine pas le terreau.Zone de Texte: 12 terrain en voie d'aménagement
apprentissage des murets

La technique des murets permet de se passer de l’usage des intrants minéraux (engrais chimiques) et des pesticides chimiques. A l’exception de l’usage parfois d’un engin mécanique pour aplanir le terrain de son implantation, un tracteur par exemple, tous les travaux sont manuels et s’effectuent à l’aide du petit outillage horticole. La technique évite dans ce cas le recours à des investissements onéreux en tracteur, charrue et autres intrants industriels qui représentent des charges difficiles à amortir par les petits exploitants.  

 Elle à pour objectif le développement d’une petite agriculture très intensive, à haute intensité de main d’œuvre. Elle crée automatiquement le plein emploi pour ses usagers qu’elle occupe constamment toute l’année. Si elle était généralisée dans les villages elle pourrait combler le vide de sous emploi en période de soudure où les paysans sont généralement sous-occupés.

En tant que moyen de production, la technique des murets permet d’améliorer le rendement et la qualité des produits. Elle permet une utilisation rationnelle des intrants naturels dans un sol transformé spécifiquement à son implantation et le met à l’abri de toute forme de contamination avec d’autres sols traités aux  engrais chimiques et aux pesticides de diverses natures. La hauteur des murets est conçue comme dispositif mécanique pour pallier la contamination des plantes par des eaux en provenance de champs de coton attenants en amont dans lesquels des engrais chimiques ont été utilisés. Dans ce dispositif, les eaux ne parviennent pas à envahir le milieu agronomique des micro-parcelles qui assurent alors une production saine.

Dans ce contexte, la technique des murets représente l’environnement idéal pour le développement d’une agriculture biologique non contaminée aux contacts des cultures traités qui peuvent se trouver à sa proximité, dans un même environnement.

La technique des murets crée un milieu agronomique par excellence. Le sol introduit dans ce milieu bénéficie toutes les conditions liées à la croissance équilibrée des plantes. Il s’agit de l’humidité, de la chaleur,  de la   matière organique et les oligo-éléments qui entrent dans sa composition. Ces éléments sont dosés en fonction des besoins des plantes.

Apprentissage des muretsPour le maraîchage par exemple, la quantité de sable limoneux est plus élevée dans un muret que pour les arbres fruitiers et forestiers. En effet, un muret est la combinaison de divers matériaux locaux : terre argileuse et sable. Ces matières premières sont utilisées pour son remplissage par couche superposée. La surface de production ainsi créée est formée d’un substrat qui est conforme aux normes standards d’une bonne terre agricole, mais destinée plus spécifiquement à l’agriculture biologique .

La technique des murets permet de se passer de l’usage des intrants minéraux (engrais chimiques) et des pesticides chimiques. A l’exception de l’usage parfois d’un engin mécanique pour aplanir le terrain de son implantation, un tracteur par exemple, tous les travaux sont manuels et s’effectuent à l’aide du petit outillage horticole. La technique évite dans ce cas le recours à des investissements onéreux en tracteur, charrue et autres intrants industriels qui représentent des charges difficiles à amortir par les petits exploitants.  

Elle à pour objectif le développement d’une petite agriculture très intensive, à haute intensité de main d’œuvre. Elle crée automatiquement le plein emploi pour ses usagers qu’elle occupe constamment toute l’année. Si elle était généralisée dans les villages elle pourrait combler le vide de sous emploi en période de soudure où les paysans sont généralement sous-occupés.

La technique des murets crée un milieu agronomique par excellence. Le sol introduit dans ce milieu bénéficie toutes les conditions liées à la croissance équilibrée des plantes. Il s’agit de l’humidité, de la chaleur,  de la   matière organique et les oligo-éléments qui entrent dans sa composition. Ces éléments sont dosés en fonction des besoins des plantes.

Retour à l'entrée